La psychiatrie, moi j'aime bien !

Aujourd'hui je vais te parler rentrée et psychiatrie , il n'y aura donc pas une once de paillette  dans cet article, mais j...


Aujourd'hui je vais te parler rentrée et psychiatrie, il n'y aura donc pas une once de paillette dans cet article, mais j'espère qu'il attirera tout de même ton attention ! Cette année j'ai eu une rentrée on ne peut plus originale, en effet le premier septembre je suis entrée en stage ! Et pas n'importe quel stage, puisque je l'ai effectué en Clinique Psychiatrique, et je peux te dire que j'adore ça ! 

Commençons par le commencement !

En septembre 2013 j'ai intégré un Institut de Formation en Ergothérapie, je t'ai tout expliqué sur cette profession qui sera bientôt la mienne dans cet article. Grosso modo, il s'agit de soigner, de rééduquer et de réadapter à l'aide de notre cher ami : l'activité ! J'ai validé ma première année d'étude haut la main avec le sourire aux lèvres et je suis donc entrée en deuxième année en commençant par ce fameux stage. On peut dire que je l'attendais avec impatience mon stage en psychiatrie, c'est un domaine qui m'attirait énormément sur le papier et je voulais savoir si en vrai, ça me correspondrait aussi !


Le premier septembre, après avoir fait mes au-revoirs à mon amoureuse, je suis repartie dans mon Grand Nord natal pour débuter ce stage. Je ne te le cache pas j'appréhendais beaucoup, j'avais peur que ça se passe mal, que les ergothérapeutes ne soient pas cools avec moi, que je ne trouve pas ma place, que ça ne me corresponde pas, enfin bref, j'avais peur de pleurer à la fin de mon premier jour de stage ! Le moins que l'on puisse dire c'est que ces peurs étaient fondées puisque mon premier stage avait été un vraie catastrophe, je m'étais retrouvée avec des ergothérapeutes absolument horribles pour qui j'étais plus un boulet qu'autre chose, mais ça, c'est une autre histoire !

Finalement cette rentrée !

Eh bien elle s'est très bien passée, elle n'a rien eu à voir avec mon premier stage, pour mon plus grand bonheur ! L'ergothérapeute, un homme d'une cinquantaine d'années absolument adorable m'a tout bien expliqué en me prenant sous son aile et j'ai su prendre mon envole telle une hirondelle (oui je suis d'humeur à faire des jeux de mots).

L'établissement accueille des personnes (non, il ne s'agit pas que de patients, mais bien de personnes à part entière), souffrant de troubles dépressifs et anxieux, parfois couplés à des troubles addictifs. Bon, dis comme ça, ça peut faire peur ! Mais finalement les patients sont adorables et très respectueux envers moi, malgré mon minois de bébé et mes 20 petites années. Ils sont hospitalisés à leur demande, ils sont donc conscients de leurs troubles et peuvent mettre des mots dessus sans être drogués par les médicaments (même si en général ils ont de lourds traitements).


Mais alors, qu'est ce qu'on fait en ergothérapie avec eux ?

L'ergothérapie s'effectue dans un atelier, un atelier semblable à celui d'un artiste, de nombreux tableaux et affichés sont accrochés au murs, et plein de petites figurines en terres trônent sur les tables, un vrai capharnaüm d'inspirations ! Dans cet atelier aux 1000 couleurs, les patients peuvent modeler la terre ou peindre, dessiner, colorier.

Et là tu vas me dire : mais il est où l’intérêt ? C'est juste pour les occuper ?

Non malheureux ! L'activité a un grand pouvoir thérapeutique, pour peu qu'elle soit bien utilisée. Déjà il y a le cadre, l'atelier et ses règles, ensuite il y a le thérapeute et son aura, puis le groupe, les autres patients présents, et enfin il a l'objet ce médiateur qui permet énormément de choses ! Les objectifs peuvent être vastes : reprendre confiance en soi, s'intégrer au groupe, s'exprimer, coucher ses problèmes sur le papier ou dans la terre, se défouler lorsque l'on bat la terre... Enfin voilà, c'est à cela que sert l'ergothérapie ! 


Au début, la première semaine surtout, j'ai beaucoup observé l'ergothérapeute, et puis tout doucement, je me suis mise à prendre certains rôles en charge : j'ai pris les inscriptions des patients en leur expliquant le fonctionnement de l'atelier, je les ai aidé dans leurs réalisations, je les ai rassurés, j'ai même réussi à discuter avec certaines personnes de leurs problèmes, et puis j'ai vu de réels changements chez les patients au fil des jours. Peu a peu, les patients qui étaient très fermés, avec un masque dépressif, s'ouvraient et laissaient paraître quelques sourires, quelques moments de bonheur. Je suis très heureuse car j'ai de très bons retour des patients et du thérapeute, on me dit : douce, patiente, attentive, réactive, et ça me fait extrêmement plaisir car je me sens bien et on me le rend bien !

Donc la psychiatrique, j'aime bien !

La psychiatrie peut faire peur à beaucoup de monde, mais pas à moi ! Il faut dire que historiquement parlant, les hôpitaux psychiatriques ressemblaient plutôt à des asiles de fous il y a encore quelques années, on y mettait même les homosexuels, c'est pour dire ! Les choses ont vraiment changées, aujourd'hui les patients évoluent dans un univers apaisant, dans lequel ils sont bien encadrés et considérés comme des personnes à part entière ! Et puis tu sais, si l'on en croit les méthodes d’évaluations psychiatriques, personne n'est réellement sain, pour le peu que tu ais des moments de déprime, que tu ne sois pas tout le temps hyper heureux, selon certaines échelles tu es pathologique !

Ce stage m'aura donc énormément enrichie, je ressors de là avec une idée totalement différente de la psychiatrie, ce monde qui pouvait m’apparaître étrange m'est maintenant devenu tout simplement normal. Alors on peut partir dans un débat sur la normalité mais ce n'est pas le sujet ici ! Je crois que je vais avoir du mal à retrouver les bancs de l’école, j'aurais aimé que cette expérience se poursuive encore un peu, et mon tuteur de stage n'a pas l'air d'avoir envie de me voir partir !


J'espère qu'a travers cet article j'aurais su te montrer une facette de la psychiatrie que tu ne connaissais pas ou ne soupçonnais pas forcément ! Et puis je t'aurais peut être fait découvrir l'ergothérapie, ce métier encore peu connu du grand public mais pourtant en pleine expansion ! J'aime donc beaucoup t'en parler car c'est un sujet qui me parle vraiment. Cet article est un peu long, j'espère que je ne t'ai pas trop ennuyé, mais c'est bon, hop, je me tais et maintenant je te laisse la parole !

Et toi, tu penses quoi de la psychiatrie ? Tu connaissais l'ergothérapie ?

Tendresse et baisers sucrés

Vous aimerez aussi

29 petits mots

  1. Très intéressant ton article, d'autant plus que j'ai passé les 4 derniers mois en psychiatrie (faisant fonction d'infirmière, je suis étudiante en médecine) et ton article me donne un regain d'espoir vis à vis des hospits à la demande car la clinique dans laquelle j'ai officié était mi-ex asile psychiatrque (secteur fermé, patients complètement drogués...) mi hôtel où les "patients" (CLIENTS) hospitalisés à leur demande se croyaient réellement à l'hotel, étaient odieux, fumaient et buvaient sans vergogne (alors qu'ils étaient là pour un sevrage...) ne respectaient pas le règlemnt de la clinique... Mais n'étaient pas virés car rapportaient de l'argent aux psychiatres (qui faisaient régulièrement de fausses consult, pour empocher les 45euros). Bref en tant que futur médecin, j'ai détesté cet aspect non reluisant de la psychiatrie ( qui est par ailleurs une discipline relativement intéressante sur papier... Mais très différente sur le terrain)
    Contente d'avoir lu un autre retour d'expérience :)
    Bon Dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Priscilla :)
      Je suis très surprise par ce que tu me confies ici, je ne pensais pas qu'il pouvait y avoir des établissements avec de telles valeurs !
      Tu étais surement en structure privée, j'en ai rapidement parlé avec mon ergothérapeute et il me disait que ce genre de choses étaient courantes en structures privée, car en plus de leur salaire, les psychiatres touchent un surplus pour chaque consultation ! Thérapeutiquement parlant c'est moche !

      Supprimer
  2. Anonyme12.10.14

    très joli article, je me revois il y a quelques années auparavant faisant mon stage en psychiatrie... en tant que future ergo aussi...la rééducation fonctionnelle m'a rebutée à l'époque et j'ai complètement abandonné ce secteur. je suis maintenant une ergo épanouie dans un IME auprès d'enfants autistes, polyhandicapés et/ou déficients, dans le "grand nord" comme tu l'appelles et pour l'instant je ne quitterais ce boulot car j'ai trouvé ma voix ou ma voie....

    reste motivée comme tu peux l'être, trouve ta voie, et surtout ne te laisse pas démontée par des professionnelles qui pensent que l'ergothérapie doit être un travail à la chaine, avec des bilans à gogo...

    si besoin de faire un stage, l'IME se situe à cambrai.
    bon dimanche à toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me rassure beaucoup vis à vis de ma première expérience plutôt repoussante avec la rééducation fonctionnelle !
      Tout ce que tu me dis me touche énormément ! Je prends note pour le lieu de stage :)

      Supprimer
  3. L'ergothérapie, je connaissais de nom et puis, j'ai découvert un peu ce que c'était par mon amoureux qui en a fait étant petit rapport à un handicap et qui m'a dit qu'il adorait ça à l'époque. Et la psychiatrie, ça m'intéresse énormément parce que je suis secrétaire médicale et j'y ai déjà été confrontée pour des adolescents (troubles alimentaires, troubles anxio-dépressifs, tentatives de suicide,...) et dernièrement pour des suivis de deuils d'adultes. C'est malheureusement un domaine encore extrêmement mal perçu par la société, mal géré par beaucoup de professionnels... et qui touche pourtant énormément de gens, même si tout le monde s'en défend parce que dans les esprits psychiatrie=serial killer, idiot du village ou cas social. Ayant été moi-même atteinte de troubles psychologiques dans l'adolescence, je sais que l'obstacle majeur à la guérison d'une personne c'est la méconnaissance des autres face à ces problèmes, de l'entourage mais des professionnels aussi. Essayer de "réparer l'esprit" de quelqu'un, ça ne peut pas se contenter de théories alors heureusement qu'il y a certaines exceptions parmi les professionnels et d'autres disciplines comme l'ergothérapie pour apporter un côté plus humain à tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ton commentaire me touche tellement !
      C'est vrai que souvent les patients adorent l'ergothérapie, car le cadre est agréable et détendu !
      Je te remercie d'avoir partagé ton histoire ici, ça me fait vraiment très plaisir.

      Supprimer
  4. Ton article m'a passionnée Bérangère (déjà parce que comme je l'avais déjà blablaté sur ton blog ce métier d'ergothérapeute semble passionnant), mais aussi pour des raisons très personnelles. En fait j'aurais énormément de questions à te poser, tout ce que je peux dire ici est que je suis en dépression (soi-disant, moi je me sens super angoissée certes mais pas malheureuse), et que depuis je me pose trop de questions sur la Folie (avec un grand F). Je n'arrête pas de me demander si je suis folle. Et ça me rend folle (lol) de penser à tout ça. Bref, ça fait très peur et c'est passionnant à la fois ce milieu... Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me va droit au coeur Jeanne :)
      Si tu as n'importe quelle question à me poser n'hésite pas à m'envoyer un mail, mon adresse est la suite : berengereinwonderland@gmail.com N'oublie cependant pas que je ne suis qu'un bébé en ergothérapie, je reste une étudiante qui a tout a apprendre, je ne pourrais donc pas te donner de solutions miracles, mais je suis ouverte à toute discutions, ça peut être très enrichissant pour nous deux :)
      Des bisous !

      Supprimer
  5. Merci beaucoup de m'avoir fait découvrir cette discipline qu'est l'Ergothérapie. Je suis certaine que ce stage a été super enrichissant pour toi mais je suis persuadée aussi que tu as fait énormément de bien a tous ces gens. De fait, la psychiatrie, ça fait peur, parce qu'on ne maîtrise pas ces personnes qu'on appelle "fous". Ils sont imprévisibles, et différents, et ça, ça fait peur, moi comprise.
    Je salue ce choix de carrière très courageux et très humain, et je suis persuadée que tu fera énormément de bien à beaucoup beaucoup de monde durant ta carrière!!
    Je connaissais l'art thérapie mais pas l'ergothérapie, mais ça me parait assez similaire, non? Je crois que l'art permet de communiquer par d'autres biais que ceux que le commun des mortels emploient. Et que donc, c'est tout à fait logique que les gens différents aient besoin de moyens différents, et moins policés pour s'exprimer.
    Des gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es vraiment trop adorable Angèle, chacun de tes commentaires me va droit au coeur ! Ca me fait énormément plaisir, vraiment :)
      Disons que oui, l'art thérapie et l'ergothérapie sont assez similaire, néanmoins, l'art thérapeute a une formation bien moins complète que celle de l'ergothérapeute qui est un réel professionnel paramédical !
      Tu as totalement raison, ce que l'on fait par nos mains est très bénéfique, la notion de créativité est hyper importante chez l'humain !
      De gros bisous à toi !

      Supprimer
  6. merci pour cet article éclairant, plein de tolérance et d'empathie. Puissent les personnes en psychiatrie toujours croiser des professionnels comme toi !

    Estelle
    lamodeestunjeu.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est vraiment adorable Estelle ! Ton commentaire me fait très plaisir, je suis contente d'avoir pu partager cette expérience avec toi !

      Supprimer
  7. Ton article m'a beaucoup intéressé puisque je suis actuellement en prépa au concours psychomot et, si tout va bien, je serai en école l'année prochaine. J'aurais également pas mal de semaines de stages par an. Donc merci d'avoir partagé avec nous ton expérience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je connais bien les concours, plusieurs amies de prépas ont tenter la psychomotricité et elles aiment beaucoup ça aujourd'hui ! C'est un métier qui connait plusieurs croisements avec l'ergothérapies, 2 professions très proches donc !
      En tous cas je te souhaite de réussir tes concours et d'intégrer l'école que tu veux :)

      Supprimer
  8. Je suis infirmière (DE) mais je travaille en psychiatrie depuis toujours (18 ans bientôt) .J'étais morte de trouille quand je suis allée y faire mon tout première stage, à 17 ans , et puis en fait j'ai adoré, au point d'orienter tout mon cursus à l'école d'infirmières en ce sens. J'ai longtemps exercé en psychiatrie adultes, surtout postcure mais parfois aussi en secteur fermé, dans le domaine associatif ou privé ; là, je démarre une "nouvelle carrière" dans le public, auprès d'adolescents "difficiles", en partenariat avec le Foyer de l'Enfance: ça me bouscule mais ça fait du bien aussi (on peut vite s'encroûter dans un service, surtout en psy..."se chroniciser" comme certains disent !) Je pense que je reviendrai vers la psychiatrie "classique", le contact particulier avec les patients, surtout atteints de psychose, me manque déjà. Je n'en suis pas lassée, j'ai encore tellement à découvrir: le secteur extra-hospitalier, la pédopsychiatrie...! Et j'ai beaucoup travaillé avec des ergos, entre autres: c'est un travail magnifique et passionnant, je te souhaite de réussir ta formation et de t'éclater (même si c'est de plus en plus difficile de travailler pour des "gestionnaires" qui ne comprennent rien à l'accompagnement et au soin, et qui ne savent que compter, "évaluer" et mettre tout le monde dans des petites cases et des grilles...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'avoir partagé ton histoire professionnelle avec moi ! Je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis, moi non plus je ne souhaite pas m’encroûter dans un service, j'ai envie de toucher à plusieurs choses durant ma carrière !
      Mon tuteur de stage était un peu comme toi, déplorant l'autorité et les gestionnaires qui voient plus le profit que le côté médical ! C'est un combat au quotidien dans nos métiers, malheureusement!

      Supprimer
  9. Article très intéressant ! Je ne connaissais pas du tout l'ergothérapie, c'est un beau métier que tu fais. Ma maman a toujours voulu travailler dans le domaine de la psychiatrie mais à l'époque sa mère n'était pas du tout d'accord, c'était mal vu.

    Bonne continuation à toi !

    Marine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) Oh c'ets vraiment dommage pour ta maman :/ il est toujours possible de se "recycler" par la suite mais ça peut être très difficile !
      Bonne continuation à toi également Marine !

      Supprimer
  10. C'est un monde totalement inconnu pour moi mais ton article est tellement intéressant, j'adore ! Cela doit être tellement enrichissant comme expérience. De plus je ne connaissais pas bien l'ergothérapie, je n'ai donc pas perdu ma journée :D ! C'est super sympa de partager tout ça avec nous :). Plein de bisous et bonne fin de week-end ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Alexane, je suis très contente d'avoir pu te faire découvrir l’ergothérapie et le monde de la psychiatrie !
      Plein de bisous à toi :)

      Supprimer
  11. Je trouve que les "ergos" font un travail de dingue! On imagine pas tout ce que leur boulots peut apporter, l'épanouissement, le bien être...
    Je connaissait déjà ton métier (dans les grandes lignes) et pas bien la psychiatrie.
    C'était vraiment intéressant à lire ^^
    Ah et il y a une coquille: c'est "capharnaüm" ... à moins que ce soit fait exprès ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela, "L’activité pour soigner" ça peut bien faire rire, mais c'est très important !
      Je suis très heureuse de t'avoir fait découvrir tout ça :)
      Oh oups ! Non ce n'était pas voulu, je ne savais pas comment écrire ce mot bizarre xD Merci !

      Supprimer
  12. Coucou
    Moi je suis infirmière en psychiatrie depuis deux ans. Dans mon unité il y a plusieurs pathologies, certaines personnes sont violentes mais je n'échangerais mon métier pour rien au monde. Je me sers de mon ex-métier (j'ai étudié le chant lyrique durant 8 ans) pour mettre au point des ateliers de chant, d'expression corporelle, etc. Nous n'avons pas d'ergothérapeute ! Je trouve qu'on en manque, un peu comme dans les services de personnes âgées. Bisous <3 Merci pour cet article et bon courage dans tes études !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Fanny !
      Je suis très surprise, j'ai reçu beaucoup de commentaire d'infirmières !
      C'est une très bonne chose, l'organisation d'ateliers comme tu peux le faire. Après il faut faire attention à rester dans le thérapeutique, sans tomber dans l'occupationnel, un ergothérapeute serait très bénéfique dans ta structure je pense !
      Merci à toi :) Des bisous !

      Supprimer
  13. Article très pertinent, psy et ergos du très bon travail

    RépondreSupprimer
  14. Coucou !
    Article très intéressant ! C'est bien que cette expérience ne t'aies pas choquée ou je ne sais quoi. Pour beaucoup de personnes, la psychiatrie ce n'est que pour les fous. Moi je connais aussi très bien ce milieu pour y avoir été patiente, et comme tu le dis je pense que les conditions de vie là-bas ont bien changé.
    A une époque, je comptais même faire des études de médecine pour devenir pédopsychiatre, mais j'ai finalement changé d'avis.
    Enfin bref, c'est plutôt cool que tes études te fassent découvrir différents environnements et changer ton regard sur ce genre de choses ! A très bientôt :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Imen :)
      Je ne savais pas que tu avais séjourné en psychiatrie, j'espère que tout s'est bien passé et qu'aujourd'hui tu vas mieux !
      Je te remercie pour ton commentaire super gentil :)
      A bientôt !

      Supprimer
  15. J'ai beaucoup aimé ton article, ces vrai que ces personnes même malade reste des humains tout comme nous et on doit les respecter car sa peut arrivé à n'importe qui. Je te souhaite de t'épanouir dans cette voix :).

    RépondreSupprimer

© 2014-2017 Bérengère in Wonderland Mentions Légales